IMG_1267

Aujourd'hui, le fruit que je vous présente n'est pas emblématique de la cuisine créole réunionnaise. Néanmoins, j'ai envie de vous en parler parce qu' il est présent dans le paysage local, bien que son usage reste confidentiel.  Et puis la recette qui va suivre est aussi un hommage pour moi.. Non pas à une personne, mais à....un arbre. Et pas n'importe quel arbre, mais à un baobab. Aujourd'hui, on parle donc du fruit du baobab, appelé aussi "buye"  (prononcez "bouyé") en langue wolofe sénégalaise ou "pain de singe" parce nos amis les singes raffolent de ce fruit.

Mon pays natal, ma Grande Ile malgache est la patrie des baobabs: sur les huit espèces de baobabs connues dans le monde, Madagascar en compte 7 endémiques. Et j'ai eu la très grande chance d'en côtoyer une, endémique du Nord de Madagascar, là où j'ai grandi.

L'un de ces baobabs est étroitement lié à mes souvenirs de gosse et avec mes copains, nous allions le saluer pratiquement toutes les semaines, il était sur le chemin de la plage, lieu de nos pique-nique dominicaux..

Je me souviens de nos mains d'enfants, unies ensemble pour faire le tourdu tronc. C'est que c'est massif un baobab! On se faisait la courte échelle pour pouvoir nous installer à califourchon sur sa branche la plus accessible et parfois, les lémuriens nous observaient du haut des branches, cachés parmi les feuilles des tamarins voisins.

Ce baobab me semblait immense à l'époque. Je l'ai revu lors de nos dernières vacances malgaches en mai dernier, un peu émue de le voir toujours debout après tant d'années. Il était encore plus grand et fier, encore plus majestueux. Les arbres autour de lui ont hélas disparu, mais lui est toujours là..

Quand j'étais gosse, les fruits du baobab étaient une de mes gourmandises: on cassait la coque du fruit, on récupérait la pulpe à l'intérieur et on mangeait le tout comme ça.

Effet de mode ou pas, le fruit du baobab appelé aussi "pain de singe" gagne aujourd'hui ses lettres de noblesse et les magasins bios ou les pharmacies le mettent notamment à l'honneur pour ses propriétés antioxydantes, son exceptionnelle contenance en fibres, vitamine C, A, en calcium, potassium (6 fois plus que la banane).

Pas loin de mon lieu de travail, dans un parc, il y a un baobab dont les fruits ont longtemps attisé ma convoitise. Mais situés à près de 5m de hauteur, je ne pouvais que les observer en soupirant. Jusqu'à ce que tout récemment, un bienvenu coup de vent fasse tomber quasi à mes pieds 5 gros et jolis fruits. Pour un peu, j'en aurais dansé la carmagnole!

Je les ai ramenés à la maison, toute fière, et pour fêter ça, j'ai préparé une boisson avec les fruits. Et si vous vous demandez pourquoi vous voyez des framboises sur mes photos (pas du tout africaines ou créoles), c'est parce que ce jour-là mes framboises surgelées ont fait office de glaçons vu que mon freezer en était dépourvu.

IMG_1260IMG_1272

Buye à ma façon: jus de "pain de singe" ou fruit du baobab

Pour 1.5l de jus

5 fruits du baobab

Eau chaude

25 cl de lait concentré sucré (vous pouvez remplacer par du sucre ou du miel)

IMG_1258IMG_1262

  • Cassez la coque des fruits à l'aide d'un marteau, récupérez la pulpe déshydratée et mettez-la dans un saladier.
  • Recouvrez la pulpe d'eau chaude et laissez reposer 20 mn
  • Malaxez à la main pour que la pulpe se détache des graines
  • Une fois les graines propres, filtrez et gardez uniquement le jus
  • Ajoutez le lait concentré et mélangez soigneusement
  • Réservez au frais avant de servir

IMG_1268IMG_1261IMG_1265IMG_1269